vendredi 9 octobre 2020

Par Camille L.M: A ces 45 ans que je n'ai failli pas avoir à cause du Covid...

Assez régulièrement ces 5 derniers mois, j'ai très souvent entendu cette phrase : " tu es le seul cas grave que je connaisse.", du coup j'ai eu envie de partager ce qu'il m'est arrivé.

J'ai 44 ans au début de cette histoire, suis en pleine forme et nous sommes le 2 mars 2020. C'est mon premier jour chez Microsoft. L'onboarding démarre bien et je suis accueilli à distance par ma nouvelle boss, elle-même bloquée à Singapour à cause des restrictions sanitaires en Asie. En France, la pression monte en ce début mars et le spectre d'un potentiel confinement se dessine, chacun se posant la question de ce qu'il va faire si jamais nous en arrivons là.

Le lundi 16 mars, le président Macron annonce à tous les Français qu'un confinement total démarre le lendemain à midi avec, dès lors, l'impossibilité d'entrer et sortir de Paris. Je pars du coup me confiner chez un couple d'amis près de Reims avec ma famille. Nous y arrivons le mardi 17 mars. J'apprends en même temps qu'un de mes team member, ayant assisté a mon dernier staff meeting, 10 jours avant, est positif au Covid-19.

Nous passons 10 jours confinés, à digérer les différentes informations et à vivre plutôt normalement, le travail en remote étant une norme bien installée chez Microsoft. Nous en profitons pour deviser gaiement aux heures des repas, et d'enchainer les apéros avec un rythme soutenu.

A ce moment, nous étions plutôt sereins, grâce à un pseudo sentiment d'impunité, portés par la relative jeunesse de nos années et à cause d'un discours télévisuel exacerbant plutôt la fragilité de nos ainés. Nous nous sentions peu concernés.

Le vendredi 27 mars, je me lève avec une fièvre conséquente, environ 39° et un sentiment de fatigue que je traîne toute la journée. Le soir mes amis me narguent puisque je boycotte le sacro-saint apéro pour aller me coucher tellement je suis assommé par la fièvre. L'un de mes colocataires confiné se sent également patraque. C'est très confiant que je passe une nuit de repos, avec limite une pointe de soulagement en me disant : "bon et bien j'ai certainement attrapé le Coronavirus, je vais me confiner 15 jours et ce sera un souci de résolu pour la suite".

A posteriori, je suis incapable de dire comment j'ai été contaminé, certainement laxiste à un moment, j'ai du me relâcher sur les gestes barrières en allant faire les courses par exemple.

Le samedi 28 mars, je me réveille plutôt en forme, la fièvre a disparu et je participe au barbecue du midi en devisant avec mes compères et commence par prendre la surchauffe de la veille pour une broutille sans lendemain. La journée se passe bien et nous jouons le soir. Mon téléphone regorge de vidéos Time's Up, preuve indiscutable de ma bonne forme du moment.

Le dimanche est plus difficile, la fièvre revient pour repartir le lundi. Je finis par appeler l'hôpital du coin, à Bar Le Duc. Les urgences me confirment qu'ils sont saturés par les demandes et qu'il redirigent les potentiels malades directement en Allemagne pour une prise en charge optimale.

Ne souhaitant pas ajouter une barrière de la langue à un souci de santé, je rentre à Paris le mardi 31 mars avec l'intention de me confiner encore 10 jours.

Un mois jour pour jour après mon arrivée chez Microsoft, soit le jeudi 2 avril au matin, en ayant parcouru toutes les informations disponibles sur le Net sur les symptômes et n'ayant, à date, qu'une fièvre carabinée à 39.6°, je me décide à appeler SOS Médecins. Petit test rapide de la saturation en oxygène qui affiche un bon 95%, pas optimal vs le 100% attendu mais très raisonnable quand même. Pas de nécessité d'aller à l'hôpital mais évolution des constantes à surveiller...

Ce jour-là, je tergiverse jusqu'à prendre un coup de semonce groupé familio-amical m'enjoignant de ne pas faire le malin et d'aller me faire tester en urgence. Une amie médecin me conseille fortement d'aller à l'hôpital Georges Pompidou par mes propres moyens plutôt que de faire appel au Samu.

A 15h, résigné, je place trois caleçons dans un sac de sport et me rend en taxi aux urgences de Pompidou pour passer un test, convaincu au pire d'y rester la nuit.

A 16h, le test effectué, après une auscultation rapide, le pneumologue m'envoie passer une radio des poumons, l'air un peu préoccupé.

A 17h, le résultat est sans appel : poumons touchés à 55%, c'est très grave. Je suis reconduit dans une chambre, je signe la fiche d'admission et tente tant bien que mal de rassurer mon entourage.

Premières nuits laborieuses, les traitements entrepris prennent du temps à produire des résultats. Les journées du vendredi et du samedi passent très vite entre assoupissement et médication.

Quand je suis conscient, ca part dans tous les sens, j'ai une vraie peur malsaine qui monte, pas de celle que l'on a avant de se jeter d'un avion en chute libre mais une angoisse sourde qui me fait balayer toute ma vie. C'est pêle-mêle mais je me dis que je n'ai pas mis mes contrats d'assurance-vie à jour, qu'il n'y a pas de procuration sur mes comptes, que je n'ai pas fait de testament ...

Le dimanche 5 avril, ma saturation en oxygène est encore plus basse, je ne ressens pas de problèmes respiratoires mais en étant allongé sans aucune activité, difficile de savoir réellement ce qui se passe.

Vers 17h, le verdict tombe, je ne suis plus capable de respirer tout seul.

Je dois être intubé. Je suis placé dans un coma artificiel, à peine le temps d'envoyer un message à ma femme pour la prévenir : "ils vont m'endormir pour que je puisse respirer, ne t'inquiète pas, ca ira mieux dans deux jours".

19 jours de coma plus tard, je me réveille.

Nous sommes le jeudi 24 avril et un tube dans ma gorge m'empêche de respirer, je me rendors en permanence.

Le lendemain, le tube est enlevé, je peux enfin respirer un peu par moi-même, cela fait 20 jours que cela ne m'est pas arrivé... J'essaye de communiquer mais c'est très laborieux, j'ai encore beaucoup de médicaments dans le sang qui obscurcissent mon jugement. Je n'ai pas accès à mon téléphone car par mesure de précaution l'hôpital interdit de le récupérer pour éviter que l'on spamme la terre entière. Cela ne fait qu'accroître ma fureur.

Première discussion très compliquée avec ma femme : ravie et soulagée de me savoir réveillé et moi qui ne comprends pas ça, m'insurge contre tout et délire en permanence en échafaudant des plans d'évasion tous plus ridicules les uns que les autres. 

Mes proches ont été tétanisés par ce qu'il vient de se passer pendant 20 jours et moi je reste concentré sur mon petit nombril comme si j'avais fais une sieste, à fulminer sans aucune reconnaissance pour le personnel médical qui m'a sauvé trois fois la vie. Ma mère me joint sur le téléphone de la chambre et raccroche quasiment immédiatement, bouleversée par ma voix d'outre-tombe.

Le samedi matin, j'arrive à faire quelques pas avec un déambulateur, j'ai perdu 14kg majoritairement du muscle. Mon cerveau, en plus de clapoter douillettement dans les médocs, ne réussit pas à comprendre que le reste de la carcasse n'est plus vraiment opérationnel. Du coup je passe mon temps à tout rater, je ne peux pas attraper quoique que ce soit sans le laisser tomber, bref il faut tout réapprendre.

Heureusement, je récupère très vite et après moult discussions/suppliques auprès du corps médical, j'arrive à sortir du service de réanimation, le dimanche soir, en étant sevré d'oxygène. Dorénavant, il me faut dormir et manger pour récupérer au plus vite : dormir en réa étant très compliqué avec le matelas qui tourne sur lui-même toutes les 15 minutes pour éviter les escarres.

Le lundi 29 avril, je récupère enfin mon téléphone et les messages affluent : je peux enfin rassurer tous ceux qui se sont énormément inquiétés pour moi tant dans mon cercle familial, amical que professionnel.

Dès lors le spectre du vendredi 1er mai (date de mes 45 ans) m'oppresse et je fais tout pour sortir au plus vite. Je prends la check-list des différents intervenants : infirmières, pneumologues, médecins chef, internes et kinés, prévient ma famille que je ne vais pas être super joignable et passe mon temps à optimiser tout ce que je peux pour valider ma sortie. Mon bilan d'hospitalisation m'est enfin communiqué.

J'apprends que j'ai failli mourir 3 fois. La première fois en arrivant le jeudi 2 Avril, si jamais j'avais attendu le week-end ou pire le lundi, quand le pic d'hospitalisations a commencé, je n'aurais eu aucune chance de survivre car mes poumons auraient été plus gravement touchés et le corps médical aurait eu moins de temps à me consacrer. Je me remémore que sans l'insistance de mes proches, j'aurais continué de travailler au moins jusqu'au samedi...

La deuxième fois pendant la première nuit dans le coma, 50% de chances que je passe la nuit à cause de la manière dont mon corps rejetait les médicaments.

La troisième fois lors de ma dernière nuit dans le coma, 10% de chances que je me réveille car cela faisait déjà une semaine qu'ils essayaient tous les jours. Il a fallu utiliser un protocole spécial pour y arriver.

Le mercredi 29 avril soit 5 jours après être sorti du coma, j'arrive enfin à rentrer chez moi dans une forme très relative physiquement mais avec un moral au top.

Mon anniversaire se passe divinement bien même si je peux à peine marcher mais le plaisir de revoir mes proches me donne une énergie incroyable.

Dès le lundi 4 mai, après avoir discuté avec les RHs et l'infirmerie de Microsoft je recommence à travailler quelques heures par jour en mode low touch. Au bout de 15 jours, je peux reprendre une activité normale.

Aujourd'hui, 5 mois après être sorti de l'hôpital, je me sens très bien, j'ai quasi tout récupéré, pas de séquelle, à part 7% de capacité pulmonaire en moins que je devrais retrouver.

J'ai eu à répondre à beaucoup de questions depuis ma sortie du coma.

Une récurrente à été ce que j'avais vu ou pas pendant ces 19 jours et j'ai le regret de dire que je n'ai aucun souvenir.

Et sur comment se remettre de ce genre de choses, il n'y a définitivement pas de règle mais pour moi une bonne idée à été de considérer que chaque progrès réalisé était une victoire sur hier et non pas sur ce que j'étais avant.

Camille L.M 


Merci du fond du cœur au corps médical de l'hôpital Georges Pompidou, à tous ceux qui se sont relayés pour me permettre de respirer de nouveau aujourd'hui : aides-soignant(e)s, infirmièr(e)s, médecins, kinés... et particulièrement au Dr Jean Pastre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire