mardi 31 juillet 2018

Vous n'attendez pas qu'on vienne vous chercher

Vous êtes médecin de garde lorsque l'infirmière vous appelle pour un patient en arrêt cardio-respiratoire. Etat inattendu pour ce patient sans antécédent particulier connu. Vous le massez, l'infirmière lui injecte une ampoule sous-cutanée d'adrénaline à votre demande, vous remuez dans tous les sens devant le chariot de réanimation mais rien n'y fait. L'infirmière remonte le drap sur ce visage figé et vous murmure gentiment, la main sur votre épaule : c'est fini.
Vous êtes chirurgien en train d'opérer au bloc opératoire, une chirurgie de routine. Soudain, un bruit strident se fait entendre, l'électrocardiogramme est plat, les manœuvres de l'anesthésiste sont vaines, le patient vient de mourir sous vos yeux ébahis. Vous ignorez si vous avez fait une erreur dans la procédure comme fissurer une artère ou pas, et peu importe, la résultante est la même. Le décès est prononcé. Vous vous pencherez sur le dossier dans un deuxième temps mais il y a plus urgent.
Vous retirez votre masque et votre blouse. Vous inspirez un bon coup.

Et là, alors que vous n'avez même pas de conseiller en communication payé des millions (emploi fictif ou inutile?), vous vous préparez à vous adresser à la famille du défunt avec courage et honneur.
Vous savez bien que ça n'effacera rien. Votre première déclaration sera pourtant déterminante.
Pas tant sur le plan juridique ou judiciaire, mais plutôt sur le plan humain.
Pour vous, pour eux. Pour leur dire que vous n'êtes pas irréprochable, que vous êtes un humain.
Pour leur montrer que, responsable ou non, vous comprenez leur colère et leurs doutes, que vous appartenez comme eux à l'espèce humaine. 
Vous êtes désolé et c'est la chose que vous dites d'emblée et pas une semaine après. 
Chaque mot est réfléchi, décidé. Vous approuvez André Breton lorsqu'il dit : '' un mot et tout est perdu, un mot et tout est sauvé.'' 
Et ceci même si votre erreur ne portait pas à conséquence, même si elle était plus une affaire d'été qu'une affaire d'état. Vous n'attendez pas qu'on vienne vous chercher.
Vous vous exprimez clairement avec des mots justes et vrais, adressés à tous et pas uniquement à un public déjà conquis.
Vous essayez de ne pas tout engluer dans une bouillie faussement bienveillante.
Vous montrez votre solidarité et votre honnêteté.
Vous ne dissimulez pas la vérité, vous ne cherchez pas d'excuse, vous n'affichez pas de déni, vous ne minimisez pas les faits. Ce n'est pas vous la victime.
Vous n'accusez pas les éléments ou d'autres protagonistes.
Nul doute alors, vous êtes un soignant, pas un homme politique.

samedi 19 mai 2018

SAMU, je te dois mon salut!


Les soignants du libéral ou du service publique sont régulièrement pris pour cible et de plus en plus malgré un système de santé envié par de nombreux pays. Parfois de manière si virulente qu'on a la sensation que tout ce système est remis en cause à chaque instant.

Tout le monde y passe : les médecins, les pompiers, les urgences puis plus récemment le très apprécié SAMU.

Le service d'aide médicale urgente ou SAMU a été crée pour assurer les secours urgents, l'assistance pré-hospitalière des patients en urgence absolue, toute cause confondue (malaise, accident…)
Dans les années 50, il s'agissait surtout d'assurer les transports entre les hôpitaux de patients graves, qui habituellement mourraient dans les ambulances ordinaires, sans matériel de réanimation, sans oxygène, notamment lors d'épidémies.
Puis se sont dessinées les notions de régulation de l'urgence, de coordination des soins, de programmation en amont, dans les années 60-70.
Un médecin anesthésiste-réanimateur le Pr Virenque prend les commandes du premier SAMU en 1972 et le 15 est mis en place en 1979.

Le SAMU intervient non seulement pour les premiers soins mais aussi lors des situations de crises sanitaires aigues et d'urgences collectives, peut mettre en place si besoin des postes médicaux avancés.

Les médecins du SAMU prennent part à des gestes de plus en plus complexes bien avant l'arrivée à l'hôpital : fibrinolyse c'est-à-dire reperfusion d'une artère bouchée lors d'un infarctus du myocarde lorsque le délai d'arrivée en unité de soins intensifs cardiaques est jugé trop long, mise en place d'une circulation extra corporelle lors d'un arrêt cardiaque…
Cette invention de génie qu'est le SAMU s'est largement exportée et s'est internationalisée.
La régulation médicale chapeautée par le médecin régulateur (la gestion des appels au centre 15) va de l'aide téléphonique à l'envoi d'ambulances simples ou non.

Ce tri (ce triage même) est une notion ancienne qui a débuté lors des guerres ou des catastrophes, selon la gravité et le pronostic des patients. Lors de la première guerre mondiale, ce tri était effectué par des chirurgiens expérimentés puis le tri se poursuivait à l'entrée à l'hôpital par des infirmiers d'orientation.
Ce ''choix'', cette sélection par les équipes soignantes, et j'entends par équipe soignante, tous les protagonistes, de l'opérateur au médecin, est cornélien. Il dépend de nombreux paramètres pas toujours scientifiques, parfois très intuitifs. La première interaction avec un patient n'est pas toujours aisée et a fortiori par téléphone.

Sans défendre personne, la critique des soignants est souvent malhabile, trop facile, contre productive.
Il n'est pas non plus acceptable que lorsque vous tapiez SAMU sur un moteur de recherche, ne s'affichent que des articles relatant de fautes, de plaintes, de procès en cours.
Les commentaires négatifs, les propos les plus diffamatoires, que ni l'Ordre des Médecins ni le Ministère de la santé n'essaient d'interdire, déchirent la toile et se répandent comme une traînée de poudre.

Bien entendu, il faut pointer du doigt les dysfonctionnements, administratifs, individuels, médicaux, enseigner, former, organiser.
Mais à bon escient, pour avancer, pour progresser, pas en jetant les soignants en pâture à la foule et aux médias.

Comme beaucoup de personnes en France, je dois mon salut au SAMU.
Une septicémie sur une péritonite, et le glissement rapide vers un choc septique.
Je ne saurais jamais le nom du réanimateur qui m'a sauvé sinon je lui aurais érigé une statue. Je me souviens uniquement de sa voix grave, qui dans mon semi-coma, annonçait à ses collègues, calme et déterminé : ''ça y est, je l'ai récupérée'' F